27 oct. 2017

The Phantom of the Opera (Film & Musical)



The Phantom of the Opera (Le Fantôme de l'Opéra en VF) 
est un film de Joel Schumacher sorti en 2004 en France.
Il s'agit d'une adaptation filmique du musical d'Andrew Lloyd Webber
inspiré du roman de Gaston Leroux publié en 1910.




Au XIXe siècle, dans les fastes du Palais Garnier, l'Opéra de Paris, Christine, soprano vedette, est au sommet de sa gloire. Son succès est dû à sa voix d'or et aux mystérieux conseils qu'elle reçoit d'un "Ange", un fantôme qui vit dans les souterrains du bâtiment. 
L'homme, un génie musical défiguré qui vit reclus et hante l'opéra, aime la jeune fille d'un amour absolu et exclusif. Lorsque Raoul entre dans la vie de Christine, le Fantôme ne le supporte pas...


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Le Fantôme ๑ Gérard Butler 
Christine ๑ Emmy Rossum
Raoul ๑ Patrick Wilson
Madame Giry ๑ Miranda Richardson
Meg Giry ๑ Jennifer Ellison
André ๑ Simon Callow 
Firmin ๑ Ciaran Hinds


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

& expérience


Je ne vous en ai pas (encore) parlé sur le blog, mais je suis une grande fan de comédies musicales ! Je prévois de vous faire un article sur le sujet prochainement… c’est donc en adepte que je suis que, lors d’un voyage à New-York en mars dernier, je suis allée voir une (vraie de vraie) comédie musicale sur Broadway ! Il y avait énormément de spectacles proposés, tous les jours. Broadway est en fait le nom du boulevard sur lequel tous les théâtres sont placés et proposent des shows, ce que j’ignorais avant d’y mettre les pieds. Les prix sont quand même très élevés par rapport en France. En choisissant notre spectacle le jour même et après 15h, nous avons pu bénéficier d’une réduction, mais même en la prenant en compte nous en avons eu pour 80$ chacun. Nous avons choisi un classique, joué depuis des années, The Phantom of the Opera.


J’avais donc vu le film, ce qui m’a aidé à comprendre l’histoire… Je suis très loin d’être bilingue, eheh ! mais le voir en vrai, sur scène avec des chanteurs, danseurs, comédiens et décors (et effets spéciaux !), m’a donné envie de revoir le film, une fois rentrée en France. Je l’ai apprécié différemment. Les chansons ne m’avaient pas marquées plus que ça en voyant le film, mais une fois sortie du théâtre, nous avons passés le reste de notre séjour New-Yorkais à les avoir en tête !

Nos précieux ♡

Nous en avons eu plein les yeux, clairement. Je ne m’attendais pas à ça, c’est assez différent des comédies musicales que j’ai pu voir en France, notamment la salle. Pas besoin de Zenith ou Palais des Sports, la salle est beaucoup plus petite déjà, mais ils y font de grandes choses ! Je vous parlais d’effets spéciaux, et bien il y en a eu à toutes les scènes ! Ils arrivent à métamorphoser une scène de théâtre qui semble lambda en un décor de cinéma.


Pour en revenir au film de 2004, je peux dire, maintenant que j’ai vu la comédie musicale dont il est inspiré, qu’il est très fidèle ! Les décors et costumes sont également de grande qualité. Les acteurs sont très de très bons chanteurs pour le coup aussi. Je ne peux faire autrement que vous illustrer mon article par des extraits de chansons du film. Je vous invite d'ailleurs à aller écouter l'album en entier ou en regarder les vidéos sur Youtube, elles y sont toutes sur la chaîne officielle du musical


Cette fois encore, on ne peut pas dire que ce soit un film d'horreur mais je trouvais qu'il allait dans l’esprit d'Halloween (c'est un fantôme après tout, et qui ne veut pas que du bien aux autres !). J’espère vous avoir donné envie d'en découvrir un peu plus encore sur le mystère du fantôme de l'Opéra Garnier, si ce n'est pas déjà fait ! :) Happy Halloween à vous !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Lire l'article
Aucun commentaire
Partager sur

20 oct. 2017

Victor Frankenstein





Victor Frankenstein (Docteur Frankenstein en VF) est un film de Paul McGuigan
sorti en 2015. Il s'agit d'une adaptation filmique du célèbre roman de Mary Shelley, 
mais dans une version revisitée et modernisée, donc légèrement différente...




Le scientifique aux méthodes radicales Victor Frankenstein et son tout aussi brillant protégé Igor Strausman partagent une vision noble : celle d'aider l'humanité à travers leurs recherches innovantes sur l'immortalité. Mais les expériences de Victor vont trop loin, et son obsession engendre de terrifiantes conséquences. Seul Igor peut ramener son ami à la raison et le sauver de sa création monstrueuse. (source)


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Victor Frankenstein ๑ James McAvoy
Igor Strausman ๑ Daniel Radcliffe
Lorelei ๑ Jessica Brown Findlay


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Bon, pas d’inquiétude, ce n'est pas un film d'horreur... C'est juste un peu... surprenant. Cette histoire n’est pas vraisemblable et relève plutôt du fantastique dramatique morbide, mais je tenais tout de même à vous en parler ici car cette adaptation d’un classique de littérature se passe dans une époque que j’aime assez, avec des acteurs que j’aime plutôt ! Je suis une fille sympa, je n'ai pas illustré mon article avec les images les plus horribles que j'ai pu trouver sur le net ;) 


Je n’ai jamais lu le roman de Mary Shelley et n’en connaissait seulement les grandes lignes, j’ai donc découvert l’histoire de ce docteur fou et passionné en visionnant ce film. James McAvoy est très bon dans la peau de Victor Frankenstein. Il réussit à lui donner cet air convaincu et totalement allumé qui convient parfaitement pour le rôle. Ses yeux qui brille et ce sourire béat quand il réussit  l’inimaginable : créer la vie. Son personnage est véritablement pris dans une spirale infernale tout  au long du film et ne fait que croître d’événement en événement, toujours plus entraîner dans cette persuasion qui l’anime. Daniel Radcliffe quant à lui n’est pas mal non plus dans son genre. Le premier tableau, dans le cirque, où celui-ci joue un clown malheureux est très esthétique. Cela fait du bien de le retrouver dans d’autres personnages qu’Harry Potter (même si on l’adore en gentil sorcier). Enfin, la plus grande surprise (pour moi en tout cas) fut de découvrir que Jessica Brown Findlay faisait partie du casting. Sa présence est très agréable car elle donne la touche féminine dont le film avait besoin.


Lire l'article
2 commentaires
Partager sur

13 oct. 2017

The Danish Girl


The Danish Girl est un film de Tom Hooper
sorti en janvier 2016. Il s'agit d'un film biopic concentré
sur Einar Wegener, premier transsexuel de son temps.



Synopsis

The Danish Girl retrace la remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l'artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre. (source)

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Casting

Einar Wegener / Lili Elbe ๑ Eddy Redmayne
Gerda Wegener ๑ Alicia Vikander
Ulla ๑ Amber Heard
Hans Axgil ๑ Matthias Schoenaerts
Henrik ๑ Ben Whishaw

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
Mon Avis

J’ai toujours préférées les histoires inspirées de faits réels, aux fictions. The Danish Girl n’a pas été une exception. Alors que beaucoup de personnes ont trouvé le film « bizarre » ou « particulier » (ce qui est juste), moi justement, c’est le côté vraisemblable des faits qui m’a fait apprécier le film. S’il s’agissait d’une fiction, je n’aurais certainement pas apprécié ce film, d’ailleurs… De l’ouverture d’esprit et du respect, voilà ce qu’il était nécessaire d’avoir pour comprendre The Danish Girl.


J’ai vraiment été marquée par le jeu d’acteur des deux personnages principaux. Eddy Redmayne et Alicia Vikander, sont remarquables. On ne ressent aucune caricature ni demie mesure dans ce rôle d’homme qui découvre la femme qu’il a d’enfouie au fond de lui depuis toujours. Ses mimiques et son comportement qui changent progressivement, ses paroles également sont vraiment bien choisis et interprétés. Eddy Redmayne est très bon dans ce rôle complexe mais on peut également comprendre et ressentir tout ce que sa femme Gerda, éprouve au fil du film. Elle l’aime vraiment et sincèrement de tout son cœur. C’est beau et très difficile pour elle ce qu’elle vit. Elle aime son époux et veut l’aider du mieux qu’elle peut à ce qu’il se sente mieux, mais d’un autre côté, elle est tiraillée par la perte de l’homme qu’elle aime, d’ailleurs elle le dit plusieurs fois « rend moi mon mari ! ». Plus elle lui vient en aide, plus elle le perd mais plus elle est soulagée qu’il se sente mieux. Ce film est un dilemme psychologique dont les deux personnages du couple principal vivent une même situation de leurs points de vue respectifs et souffrent de choses différentes. Plus je vois de films dans lesquels joue Alicia Vikander, plus j’apprécie le talent de cette jeune actrice encore bien trop méconnue du grand public !

C’est un bon film, à mon goût, parce que j’ai réussi à comprendre et ressentir les émotions des différents personnages. Mais je comprends totalement que ce genre de film ne plaise pas à tout le monde, c’est assez spécial.


J’aimerais également vous parler des décors, costumes et accessoires vraiment recherchés pour ce film. Les décors tout d’abord, qui évoluent entre leur appartement/atelier au Danemark très épuré et leurs costumes correspondant à la mode danoise de l’époque également et puis, ce changement en arrivant à Paris. Les années passent doucement, mais passent quand même et on le ressent. Gerda change de coiffure, de style vestimentaire pour un style beaucoup plus parisien des années folles. Les décors sont bien choisis, je pense notamment au cabinet dans lequel Gerda retrouve le marchand d’art, ami d’enfance de son époux. Pour ce qui est des instruments de chirurgie qu’on peut apercevoir dans la clinique allemande où Lili va se faire opérer, j’ai trouvé vraiment minutieux ces recherches de matériels que les chirurgiens pouvaient utiliser à cette époque. Tous ces petits détails forment un ensemble très esthétique et vraisemblables.

   

Lire l'article
2 commentaires
Partager sur

6 oct. 2017

The Paradise


The Paradise (Bienvenue au Paradis en VF) est une série de BBC
diffusée initialement à la télévision britannique en 2012,
vous pouvez la visionner sur Netflix aujourd'hui.
Cette série est divisée en 2 saisons se partageant 16 épisodes au total.
Le thème est inspiré du roman Au Bonheur des Dames,
du très célèbre Emile Zola.

Synopsis

Sont narrées la vie et les amours de gens dont le travail est lié au premier grand magasin du nord de l’Angleterre : The Paradise. Le propriétaire, John Moray, veuf et fils de marchands de tissus, a développé sa petite boutique jusqu'à dominer la grande rue au détriment des petits commerçants. De la petite ville de Peebles arrive Denise Lovett, dont l'oncle est justement un petit commerçant luttant pour sa survie. Embauchée au Paradise, Denise Lovett est de plus en plus considérée par John Moray comme l'étoile montante de son enseigne, au grand dam de Miss Audrey, la chef des rayons de mode féminine, et de Clara, une vendeuse. John Moray est financièrement dépendant de Lord Glendenning, dont la fille Katherine est déterminée à se marier avec le patron du grand magasin et voit donc en Denise Lovett une menace. (source)

   

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Casting

Denise Lovett ๑ Joanna Vanderham 
John Moray ๑ Emun Elliott 
Katherine Glendenning ๑ Elaine Cassidy 
Miss Audrey ๑ Sarah Lancashire 
Tom Weston ๑ Ben Daniels 
Clara ๑ Sonya Cassidy


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Mon avis

J’ai découvert cette série de la BBC sur Netflix il y a quelques temps (quelle mine d’or ce cher Netflix !). Attirée par ces images colorées, ces demoiselles toutes pimpantes, ces sourires, cette ambiance digne d’une fourmilière… Le Paradis est un grand magasin révolutionnaire pour l’époque, dont on peut voir les traces dans nos centres commerciaux d’aujourd’hui encore. Inspirée par l’esprit du roman de Zola, cette petite série est très marquée par la « touche BBC » si vous voyez ce que je veux dire. Chaque épisode a son intrigue et un même fil conduit le tout. 


La première saison nous présente les personnages et le rôle de chacun dans cette grande machine. On voit venir certaines intrigues facilement, d’autres auxquelles on ne penserait pas tout de suite font leur entrée et cette première saison est déjà avalée. On ne voit pas les épisodes passer, c’est très facile à regarder, agréable et distrayant. Jolis décors, beaux costumes colorés et musique en harmonie avec le reste. On se surprend même à trouver le prénom Denise moderne et sexy (je salue toutes les Denise qui passeront par ici, si tenté qu’il y en ait un jour) ! On ressent vraiment que cette première saison aurait pu être la seule de la série car la fin laisse sous-entendre qu’on pourrait laisser nos protagonistes ainsi, et deviner la suite à notre convenance. 


Je dois avouer avoir un peu moins aimée la deuxième saison, même si elle reste dans le même jet que la première. Les personnages ont évolués mais pas forcément dans le même sens que dans la première saison. Nouvelles intrigues, nouveaux personnages et nouveau fil conducteur général de la saison. La fin, comme pour la précédente saison, laisse sous-entendre qu’une suite serait possible, mais qu’on peut très bien s’arrêter là. C’est d’ailleurs ce second choix qu’à fait la BBC en décidant de stopper la petite série après cette seconde saison. Je suis plutôt triste, j'aurais pu regarder encore quatre saisons d'affilé ! :)



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


Lire l'article
4 commentaires
Partager sur