29 sept. 2017

The Painted Veil


The Painted Veil (Le Voile des Illusions en VF) 
est un film de Jon Curran sorti en mars 2007
en France. Il s'agit d'une adaptation filmique du roman 
La Passe Dangereuse de John Curran.


Synopsis

Londres, 1920. Après un mariage trop vite accepté pour convenances sociales, Kitty part avec son mari, Walter, médecin bactériologiste, pour vivre à Shanghai où il doit mener des recherches. Rapidement, la jeune femme tombe amoureuse d'un autre homme. Lorsque Walter découvre l'adultère dont il est victime, il promet à Kitty de lui accorder un divorce qui ne mentionnera pas son infidélité et lui conservera ainsi une réputation sans tache, si son amant quitte sa femme pour l'épouser. Walter sait que cet homme place sa carrière avant ses nombreuses conquêtes féminines... Abandonnée par son amant, brisée, Kitty accompagne son mari dans une région où une épidémie de choléra balaie les populations et où les guerres locales font rage... (source)

 • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Casting

Kitty Fane ๑ Naomi Watts 
Walter Fane ๑ Edward Norton
Charlie Townsend ๑ Liev Schreiber
Mary ๑ Sally Hawkins
Waddington ๑ Toby Jones
La mère supérieure ๑ Diana Rigg


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Mon avis

J’ai l’habitude de regarder d’avantage de films se déroulant dans des décennies plus lointaines que le XXème siècle, pourtant, ces derniers temps, j’ai tendance à choisir de vous présenter des films de ce siècle… Allez savoir pourquoi ! Le Voile des Illusions est un titre très poétique pour un film très morose. Je ne vais pas trop approfondir ma petite critique pour ne pas vous en « dévoiler » (c’est le cas de le dire, ah ah) plus qu’il ne le faudrait, afin de vous garder un peu d’intérêt pour ce film, le synopsis en dit déjà beaucoup.


Je n’ai d’abord pas aimé le personnage de Kitty. Trop sûre d’elle et se surestimant tellement… Le « Voile des Illusions » est certainement ce qu’elle a devant les yeux car, à trop rêver et parfaire l’idée du mariage, elle a préférée fuir vers quelqu’un qui la traitait comme elle l’aurait voulu. Enfin, ce n’est que le sentiment qu’elle avait. Elle se rend compte grâce au temps et aux événements qu’il faut parfois laisser le temps aux choses de se faire, aux personnes d’apprendre à se connaître d’avantage pour enfin voir la vérité et la comprendre. Alors qu’on pense le film sur la voie d’une fin heureuse, tout peut encore basculer

Lire l'article
4 commentaires
Partager sur

22 sept. 2017

Château de Vaux-le-Vicomte, une impression de Versailles


Les personnes qui me suivent sur Instagram le savent (normalement ahah !) je suis une dingue de châteaux et vieilles pierres plus généralement. Je visite plusieurs châteaux par an... J'adore ça ! Dernièrement je fouillais dans mon disque dur externe et je suis retombée sur le dossier de photos prises l'année dernière lors d'une excursion au Château de Vaux-le-Vicomte. J'ai eu envie de vous en montrer quelques-unes et d'en profiter pour vous parler un petit peu de l'histoire de ce Château et de son lien avec la série Versailles...!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
.✧ Disclaimer ✧.
Comme vous pouvez vous en douter, je ne suis pas historienne (ça serait trop beau !) et les informations que je donne sur le château ou la série sont le fruit de mes petites recherches sur internet. Je choisi mes sources les plus fiables possibles, mais je ne suis pas à l'abris de faire des erreurs, donc pas la peine de vous énerver en commentaire, un petit mot justifiant mon erreur et je corrigerai cela très vite :) et c'est valable pour tous les articles du blog d'ailleurs... Merci par avance !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Le château de Vaux-le-Vicomte fut celui de Nicolas Fouquet, qui n'était rien de moins que le surintendant des finances de Louis XIV. Très fier de sa modeste demeure (hein) Fouquet organisa le 17 août 1661 son inauguration lors d'une somptueuse fête, à laquelle le roi était bien entendu invité. Feux d'artifice, festin, pièce de théâtre de Molière... cette fête était si parfaite et le château si magnifique que Louis XIV, jaloux, fit mettre Fouquet en prison trois semaines plus tard pour une excuse bidon telle que détournement de fonds. Nicolas Fouquet fût arrêté par d’Artagnan, capitaine des mousquetaires et passa le reste de sa vie en prison... Voilà ce qui en coûte à celui qui oserait faire de l'ombre au soleil ! Le roi décida d’agrandir le château de Versailles, peu de temps après et pour cela, il s’entoura des mêmes artistes qui avaient construit Vaux-le-Vicomte : l’architecte Louis Le Vau, le paysagiste André Le Nôtre et le décorateur Charles Le Brun.

http://www.vaux-le-vicomte.com/
Le château est si beau et bien entretenu (aujourd'hui par la famille Vogüé) qu'il fut présent dans de nombreux films. En effet, son mobilier et style d'époque que les propriétaires ont pris soin de conserver ou rassembler au fil des décennies offrent des décors sublimes pour les films historiques. Saviez-vous que, par exemple, le film Marie-Antoinette a été tourné en grande partie ici ou encore que de nombreuses scènes de la série Versailles, dont je vous parlais la semaine dernière, ont été tournées ici ? Un choix motivé par les décors et mobiliers de Vaux-le-Vicomte, qui datent réellement du XVIIe siècle, contrairement à ceux du château de Versailles, qui ont évolués au cours du temps. Lors de ma visite au château, j'ai tenté de regarder tout autour de moi pour chercher un indice ou ce qui me faisant penser à certaines scènes de la série... Je vous ai trouvé sur internet quelques photos (parfois de qualité douteuse, sorry) de scènes tournées à Vaux-le-Vicomte. 

Pour commencer, la chambre du roi



 La salle à manger rouge :



 Mais surtout, celle qui je pense, on voit le plus : le hall du château, utilisé ici comme une salle polyvalente, une galerie...





Je vous invite maintenant à faire un petit tour du côté des photos que j'ai pu prendre... La qualité n'est pas folle, loin de là, mais je n'avais que mon smarthphone sous la main ;)













Vous voilà arrivez au bout de toutes ces photos. J’espère que ce petit article, avec quelques photos personnelles, vous aura plu. J’essaie de varier un petit peu plus le sujet et la forme des articles, donc n'hésitez pas à me donner votre avis :) 

Lire l'article
4 commentaires
Partager sur

15 sept. 2017

Poldark (saison 3)


Poldark est une série adaptant une série de romans de Winston Graham.
Créée par Debbie Horsfield et diffusée initialement sur la chaîne britanique BBC 1,
la première saison fut disponible sur Netflix pour la première fois en France en 2016.


Synopsis

Les Cornouailles, en Angleterre, vers la fin du 18ème siècle. Ross Poldark revient de la guerre d'Indépendance américaine pour retrouver sa bien-aimée, mais il ne trouve qu'un monde en ruine : son père est mort, la mine familiale fermée et sa compagne s'est engagée à épouser son cousin. Heureusement pour Poldark, rien n'est perdu... (source)


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Casting

Demelza Poldark ๑ Eleanor Tomlinson
Ross Poldark ๑ Aidan Turner
George Warleggan ๑ Jack Farthing
Elizabeth Warleggan ๑ Heida Reed
Tante Agatha Poldark ๑ Caroline Blakiston 
Dwight Enys ๑ Luke Norris
Caroline Penvenen Enys ๑ Gabriella Wilde 
Drake Carne ๑ Harry Richardson 
Sam Carne ๑ Tom York 
Morwenna Whitworth ๑ Ellise Chappell


De nouvelles têtes font leur arrivée dans
le cast cette saison !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Mon Avis

La saison 3 de Poldark tout juste terminée, je vous en fait ma petite critique ici ! et dès le début de cette saison, j'ai été en colère. En colère après tout le monde là-dedans... Voici donc ma critique tout en colère de cette troisième saison. Mais après qui exactement suis-je en rogne ?

Après Georges Warleggan d'abord.

Nous l'avons beaucoup vu cette saison comparé aux deux premières. Cela nous a donc permis d'apprendre à le connaitre un peu plus. Séparé de son oncle (le personnage inutile, vraiment) il est désormais l'époux d'Elizabeth et le maître de Trenwith. On s'attendait à ce qu'il tente de séparer Geoffrey-Charles de sa mère, ce ne fut pas une grande surprise, mais franchement, il est lourd comme personnage ! Il est censé être un homme d'affaire très puissant nous faisant trembler et tout ce qu'il sait faire, ce sont des petites ruses méchantes d'enfant. Jamais de gros coups, jamais de coup monté en grand secret qui nous surprendrait et qui nous ferait se méfier de lui, non. A la place, nous avons Georges qui se promène en calèche, qui aperçoit un homme qui ne lui a rien fait certes, mais qu'il n'a pas envie de laisser en paix faire quelque chose qui ne le nuit en rien, et bim! brûle son commerce (par exemple). Ok, c'est donc seulement pendant le season final qu'on peut enfin voir les nuages noirs de son esprit se disperser pour entrevoir un minuscule rayon d'un peut-être soleil...


Après Elizabeth Poldark Warleggan aussi.

Cette cruche que je détestais dans les deux premières saisons n'a toujours pas su trouver sa place dans mon estime ! En début de saison, maintenant Madame Warleggan, elle oubli ses principes (le peu qu'elle avait) pour suivre aveuglément son époux. Elle ne se rend pas compte que Georges essaie de la séparer de son premier fils, elle ne se rend compte de rien, jamais. Cette femme est tellement vénale qu'elle a toujours été là où un homme pourrait subvenir à ses besoins... D'abord en épousant Francis qu'elle n'aimait pas, par défaut, puis Georges qui était un très bon parti. Elle est même d'accord pour sacrifier sa propre cousine pour tenter de faire monter son mari ! Elle n'a vraiment rien de sympathique à mes yeux, et surement pas qu'aux miens d'ailleurs puisqu'elle n'a pas d'amis ! Si un, Ross, par profit bien sur ! Cela peut lui être utile un jour de se le garder sous le coude en bon terme. Comme pour Georges, seul le dernier épisode de la saison est intéressant la concernant... Elle ouvre enfin les yeux et prend enfin un peu d'aplomb.


Après Ross Poldark, comme d'habitude.

Que dire de Ross dans cette saison, si ce n'est qu'il reste malheureusement fidèle à lui même. Une tête de mule, aveugle, qui ne sait pas communiquer ni exprimer ce qu'il ressent ! Fatiguant. Voilà qui résume entièrement la saison le concernant. Demelza est gentille et patiente avec lui... Il n'a que ce qu'il mérite au final, et s'en rend compte lui même, qu'il n'a pas su apprécier sa vie et ce qu'il possède à leur juste valeur. Il s'en rend compte d'avantage quand, dans le dernier épisode il retrouve Georges sur la plage et que Georges énonce ce qu'il croit, il fait lui même une thérapie pour apprendre à voir qu'il a tout pour être heureux, et là Ross réalise qu'il avait également tous les ingrédients nécessaires à une vie heureuse... 


A part ça ? 

L'intrigue sur Morwenna et Drake (alias Roméo et Juliette) m'a rendu un peu triste. J'aurais aimé qu'ils puissent se retrouver à la fin de la saison, mais je trouve également bien le fait qu'ils prennent le temps de se dépatouiller de cette situation car cela n'est pas rien de se défaire de se foutu révérend. D'ailleurs, Rowenna, la sœur de Morwenna (Winston Graham devait être inspiré pour les noms hein) cache quelque chose... Je l'imagine très bien faire chanter le révérend ou autre pour aider sa sœur ! Et puis entre nous, elle n'est pas du tout enceinte n'est ce pas ? Je l'aime bien cette petite du coup.  

Ce season final était plein d'espoir quant à la prochaine saison ! 
Je me retiens d'aller voir le résumé des romans sur internet pour ne pas me spoil la suite... 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Ah et j'oubliais, le petit coup de cœur de la saison 
est bien évidemment Dwight et Caroline enfin heureux et mariés !

    

Lire l'article
2 commentaires
Partager sur

8 sept. 2017

Testament of Youth


Testament of Youth (Mémoires de Jeunesse en VF) est un film de James Kent de 2014.
Il s'agit d'une adaptation filmique d'une autobiographie de l’écrivaine
anglaise Vera Brittain, pendant la première Guerre Mondiale. 



Synopsis

Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde. (source)


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Casting

Vera Brittain ๑ Alicia Vikander
Roland Leighton ๑ Kit Harington
Edward Brittain ๑ Taron Egerton
Victor Richardson ๑ Colin Morgan
Tante Belle ๑ Joanna Scanlan
Mr. Brittain ๑ Dominic West
Mrs. Brittain ๑ Emily Watson


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Mon Avis

Il est vrai que jusqu'à présent je vous ai plutôt parlé de films d'époques plus lointaines que la première Guerre Mondiale, qui remonte maintenant à une centaine d'années. Pourtant, en voyant ce film, on ressent tout de même que le monde n'était pas le même qu'on le connait aujourd'hui et qu'il était même à l'aube d'un grand bouleversement. Je ne m’attendais à rien venant de Mémoire de Jeunesse car je n’avais lu ni critique ni même un résumé. Je savais simplement, en regardant quelques captures du film, qu’il s’agirait d’un film se déroulant pendant la première guerre mondiale. J’aime beaucoup découvrir un film par moi-même, et il arrive assez fréquemment que mon avis diffère des critiques générales qu’il a pu recevoir.


Je trouve que le film pourrait être divisé en deux parties. L’une représenterait le premier tiers du film, dans laquelle on apprend à connaître les personnages mais aussi et surtout on s’y attache. On rêve avec la jeune et jolie Vera, d’une belle et longue vie heureuse avec le jeune et beau Roland… Tout débutait si bien, niais à souhait, mais juste comme on aime ! Les décors sont assez bucoliques et les costumes (notamment les robes de Vera) sont vraiment beaux. 


La seconde partie débuterait d’après moi, dès l’annonce que le pays entre en guerre. J’ai d’ailleurs trouvé très subtils les petits clins d’œil historiques nous faisant comprendre qu’elle arrivait, à nous qui connaissons le malheureux cours de l’histoire et l'enchaînement des événements. Je pense notamment au journal laissé sur un banc, sur lequel on pouvait lire en une l’un des principaux déclencheurs de cette guerre. Cette seconde partie est, comme on peut l’imaginer, beaucoup plus sombre et triste que la première. On comprend assez facilement, grâce à la toute première scène du film, avant le flash-back de Vera, quels genres d'événements vont arriver


Mémoires de Jeunesse est un bon film car, il m’a fait pleurer (et je l’avoue sans honte oui oui) et je trouve que l’émotion que peut provoquer un film le défini assez bien… Il en est de même pour une comédie, si vous ne (sou)riez pas devant, je trouve que le job n’est pas fait. Là, l’émotion voulue y était présente… J’apprécie beaucoup lorsque à la fin d’un film tiré d’une histoire vraie, on nous présente sous forme de petit résumé, ce que sont devenus les personnages par la suite. Je trouve cela réconfortant, nous avons moins la sensation d’être laissé là, sur notre fin.

J’étais contente de retrouver en têtes d’affiche, deux acteurs que j’aime beaucoup. Alicia Vikander, que je découvre petit à petit dans de plus en plus de films et qui devient une véritable « period actress » tant ce genre de rôles qu’elle accumule doucement, lui va bien. Mais on peut également retrouver Kit Harington, qui tente de se défaire de son étiquette de Jon Snow, un peu trop marquée.


Lire l'article
2 commentaires
Partager sur